Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Oxyde d'azote : Renault, champion de la pollution ? (Reporterre)

Par le - 19h39 - ça reste à vérifier

Des chiffres qui font tousser. Alors que l'Europe s'apprête, en 2017, à changer les tests mesurant la pollution des véhicules en tenant compte davantage des conditions réelles de conduite, la Fédération des automobilistes allemands (Adac) a publié une étude sur soixante-dix-neuf véhicules roulant au diesel. Et les chiffres obtenus avec ces nouveaux tests plus réalistes sont sans appel, d'après le site Reporterre, seul média en France à relayer ces chiffres (également repris par le Guardian).

Reporterre

En terme d'émission d'oxyde d'azote, le groupe Renault-Nissan fait partie des mauvais élèves. Sur les dix véhicules les plus polluants en Europe, on retrouve trois Renault et un Nissan (le modèle X-trail). Tous dépassent les normes européennes avec ce nouveau mode de calcul. "La palme revient à l’Espace, plus de onze fois au-delà de la limite de 80 mg d’oxyde d’azote émis par kilomètre, explique Reporterre. Les autres modèles tiennent la corde : près de neuf fois le seuil pour le Grand Scénic, plus de cinq fois pour le Kadjar. Avec ces résultats, Renault truste le haut du classement des véhicules les plus polluants (3e, 5e et 10e rangs sur 79 modèles testés, dont seulement un quart ne dépasse pas la limite)".

Renault n'est pas le seul constructeur français épinglé par l'étude : la citroën DS5 Hybrid4 se classe 7e et dépasse de presque sept fois le seuil européen d'émission d'oxyde d'azote. Un résultat gênant pour un véhicule appartenant à la gamme "diesel propre". Tellement propre et écologique que François Hollande avait utilisé ce véhicule lors de son investiture en 2012.

Contacté par Reporterre, Rheinard Kolke, directeur des tests à l’Adac, dénonce le silence des constructeurs face à ces chiffres alarmants : "Nos alertes sont toujours restées sans réponse. Le problème est que cela coûte moins cher d’envoyer des lobbyistes à Bruxelles pour négocier les normes et le processus d’homologation que d’investir en recherche et développement pour réduire la pollution".

Si cette information de Reporterre a été reprise à la revue de presse de France Inter, aucun autre media français n'y a fait écho. Seul le Guardian...

L'occasion de relire notre article : "Le scandale Volkswagen déverrouille l'omerta sur les tests antipollution"


Abonnez-vous !
|