Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Maroc / fuites : pas seulement des journalistes français instrumentalisés

Par le - 14h56 - suivi

Combien de journalistes ont été instrumentalisés par le Maroc ? Les révélations se poursuivent après la publication de câbles de la diplomatie marocaine et de mails des renseignements marocains par celui qui se fait appeler Chris Coleman, agent d'un "Wikileaks marocain". Sur la base de ces documents, diffusés via Twitter et Facebook, @si vous a expliqué que quatre journalistes français, dont un de LCI, auraient été instrumentalisés par le Maroc. Sur le site Orient XXI, le journaliste espagnol Ignacio Cembrero assure que d'autres journalistes ont reçu de l'argent du Maroc. Les agents de la DGED (le renseignement marocain) "parviennent, moyennant finance, à ce que des journalistes et des think-tanks français, américains et même italiens produisent des articles et des analyses favorables aux thèses du Maroc et préjudiciables à l’Algérie et au Front Polisario qui revendique, depuis 1973, l’indépendance du Sahara occidental", écrit Cembrero.

Le Sahara Occidental ? C'est l'obsession des autorités marocaines, d'après les documents qui ont fuité. "Ce bout de désert est partout, dans les réunions du Conseil d’association avec l’Union européenne, dans les visites ministérielles en Europe ou dans les relations avec des pays aussi lointains que le Paraguay. Cette « monomanie » saharienne fait que le Maroc s’intéresse peu à d’autres débats qui traversent la planète", relève Cembrero.

Wikileaks marocain

Ces fuites de documents sont prises très au sérieux par les autorités marocaines. Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum, cité par le site marocain Le360.ma, les parlementaires vont se saisir du dossier. Des députés "ont demandé la convocation de Salaheddine Mezouar [ministre des Affaires étrangères] devant la commission des Affaires étrangères et de la défense". Objectif ? "Face à ces fuites de documents sensibles, Mezouar est appelé à révéler l’origine de ses fuites et d’expliquer si les documents diffusés via twitter sont authentiques", écrit le quotidien Al Massae.

L'occasion de lire notre enquête : "Quatre journalistes français auraient été instrumentalisés par le Maroc"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : MarocLeaks : des journalistes français sous influence ?

nouveau media

Deux salariés licenciés demandent la liquidation judiciaire de Slate Afrique

Le site rattrapé par une affaire de licenciement abusif

enquête publié(e) le 22/08/2017 par Capucine Truong

Slate Afrique, clap de fin ? L'ancien rédacteur en chef du site, Pierre Cherruau et son adjoint Philippe Randrianarimanana ont demandé au tribunal de Paris de placer l'entreprise en liquidation judiciaire, selon BFM Business. Peut-être pour récupérer des indemnités dues pour leur licenciement...

Article Ignacio Cembrero - Ahmed Charai

"MarocLeaks" : l'Espagne accusée de protéger ses relations avec le Maroc

suivi publié(e) le 20/10/2015 par Justine Brabant

Le gouvernement espagnol cherche-t-il à protéger ses relations diplomatiques avec le royaume du Maroc ? En Espagne, plusieurs associations de journalistes estiment que Madrid fait entrave à la stratégie de défense du reporter Ignacio Cembrero (ancien d'El Mundo) dans le procès qui l'oppose à ...

Décoration

Chut ! Entre la France et le Maroc, tout est pardonné.

Journalistes français expulsés, décoration d'un responsable accusé de torture

observatoire publié(e) le 16/02/2015 par Sébastien Rochat

"Nous sommes tournés vers l'avenir". Après l'expulsion de deux journalistes français du Maroc, le Quai d'Orsay a fait savoir que la France n'entendait pas protester. Car l'heure est à la réconciliation : la coopération judiciaire entre les deux pays vient tout juste de reprendre, un an après ...

Tous les contenus de ce dossier >