Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Privatisation des barrages : comment vendre l'idée

Par le - 09h15 - le neuf-quinze

Vous avez aimé la privatisation des autoroutes ? Vous allez adorer celle des barrages hydroélectriques. Pendant que Ségolène Royal, cherchant désespérément des alternatives à la suppression de l'écotaxe, amuse les JT avec la gratuité des autoroutes le week-end, l'Assemblée a voté, dans la loi de transition énergétique, une disposition autorisant la privatisation partielle des barrages hydroélectriques (deuxième source de production d'électricité en France après le nucléaire). Soyons précis : la concession de 25% des barrages français arrive à échéance d'ici 2023. Il s'agirait de permettre d'attribuer ces concessions à des sociétés d'économie mixte, en lieu et place de EDF et GDF. Ce vote s'est déroulé la semaine dernière. En avez-vous entendu parler ? Non. Mais ça ne devrait pas tarder.

C'est l'ancienne ministre de l'écologie limogée, Delphine Batho, en pleine campagne de promo de son livre, Insoumise, (elle était ce matin sur RFI et sera notre invitée cette semaine), qui attire l'attention sur ce point. L'Etat gardera certes 51% des sociétés concessionnaires des barrages. Mais 49% seront donc cédés au privé. 49%, direz-vous, c'est une minorité. Mais dans son livre, Batho raconte de l'intérieur comment toute la politique d'EDF, sous la présidence de Henri Proglio, fut orientée par les intérêts des quelques 16% d'actionnaires extérieurs.

Attention, rien n'est simple. Cette privatisation, si l'on comprend bien, est une manière de contourner une recommandation communautaire, faite à la France de lancer des appels d'offres internationaux. Cela devrait permettre au gouvernement de vendre le projet en expliquant que les barrages resteront ainsi "sous contrôle public". C'est donc une privatisation de résistance. Attendons que Royal le défende ainsi, expliquant par exemple qu'elle exigera des candidats aux concessions la gratuité de l'électricité le week-end.

barrages résultats Google images

 

 


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Energie : la guerre du mix aura lieu

Kenneth Bone

Trump, Le Pen, Le Marchand : tous responsables

chronique publié(e) le 10/10/2016 chez les matinautes

Commençons par le commencement. Infortunés camarades matinautes, connaissez-vous ce Monsieur ? Vous qui avez déjà surfé sur les résumés du second débat Clinton-Trump, avez-vous vu cette image ? C'est un gars qui s'appelle Kenneth Bone, invité à questionner les deux candidats au nom des "...

nouveau media

Exxon : le Guardian interdit d'Assemblée Générale

grrr ! publié(e) le 26/05/2016 par Justine Brabant

Le pétrolier Exxon ne veut pas du Guardian dans ses assemblées générales. L'entreprise américaine a rejeté la demande d'accréditation du quotidien britannique, connu pour ses nombreuses campagnes contre l'exploitation d'énergies fossiles. Le Guardian le raconte dans un billet acide. "Il ...

Pourquoi Linky est devenu la bête noire des médias

Le compteur d'électricité intelligent sur le grill

observatoire publié(e) le 25/04/2016 par Anne-Sophie Jacques

Attention ils arrivent : d’ici cinq ans, 35 millions de compteurs d’électricité intelligents – de son petit nom Linky – vont remplacer nos vieux compteurs bêtes et gris. Mais c’est peu dire que l’accueil est glacial. Ce nouveau compteur serait mauvais pour la santé, pas intéressant ...

Tous les contenus de ce dossier >