Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Sondage / islamistes : 15% des Français "soutiendraient" l'EI

Par le - 16h34 - ça reste à vérifier

Y a-t-il vraiment 15% des Français qui soutiennent l’Etat islamique ? Non selon les sites de L'Express et de France Televisions qui s'interrogent sur ce chiffre publié le 14 août par l'agence russe Rossiya Segodnya puis par Russia Today, tous les deux lancés en 2013 par Vladimir Poutine pour mieux faire entendre la voix de son pays dans le monde.

Cette étude a pourtant été réalisée par la très sérieuse ICM Research, qui collabore régulièrement avec le Guardian ou le Sunday Telegraph, et qui a interrogé entre le 11 et 21 juillet dernier, par téléphone, 1001 personnes en France. L'échantillon de sondés a bien été élaboré selon la méthode des quotas, en fonction de l'âge, du genre et des régions françaises. Relayée (et amplifiée) par Vox puis Newsweek, deux sites d’info américains, cette étude aurait-elle mérité plus d’attention ? Non selon L’Express et France TV Info qui estiment que les résultats affichés par la presse russe présentent quelques zones d’ombre.

Lesquelles ? La question tout d'abord qui est la suivante : “De ce que vous en savez, dîtes-nous si vous avez une opinion très favorable, assez favorable, assez défavorable ou très défavorable à l’Etat islamique ?”. En France, seuls 3% des sondés ont répondu “très favorables” et 62% "très défavorables". Comment, dès lors, la presse russe a-t-elle réussi à sortir ce chiffre des 15% de son chapeau ? En additionnant (mal) aux individus "très favorables" les 13% "assez favorables", selon le journaliste de France TV Info.

Cité par l’Express, Denis Pingaud, président de Balises et ex-vice président d’OpinionWay s’est également penché sur cette curieuse addition : “Les deux ne sont pas comparables. Les 3% de personnes qui se disent très favorables sont probablement très radicales", juge-t-il avant d’ajouter : “Mais les 13% restants... Répondre qu'on est assez favorable sur un sujet comme celui-ci, que plus de la moitié des Français ignore, c'est assez mou. Franchement, ça ne veut pas dire grand chose”.

nouveau media

nouveau media

Peut-être mais la presse n’a pas toujours été aussi précautionneuse avec les sondages. En janvier 2012, Libération titrait ainsi en une que “30% des français n’excluraient pas de voter Le Pen”. Le journal, comme nous le remarquions alors, s’était aussi livré à une addition très contestable en associant les sondés qui avaient répondu “oui” à ceux qui avaient répondu “non probablement pas”. Ce qui n’avait pas empêché BFM TV de reprendre ce chiffre.


Abonnez-vous !
|