Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Time Inc : journalistes notés sur leur impact publicitaire

Par le - 11h32 - grrr !

Gawker

Après les journalistes payés au clic, voici la notation sur leur impact publicitaire. Pour classer ses journalistes, le site du magazine Sports Illustrated, un des plus gros magazines sportifs américain qui fait partie de la société Time Inc (Time Magazine, Marie Claire, Life), a adopté un barème un peu particulier. A côté de critères assez traditionnels comme l'enthousiasme au travail ou la qualité de l'écriture, figure une note sur 10 de l'impact du journaliste sur les recettes publicitaires, sous l'intitulé : "[Le journaliste] produit du contenu bénéfique pour la relation avec l'annonceur."

"Time Inc. a viré des journalistes de Sports Illustrated en se basant sur ces critères" déplore surtout un représentant de la "Newspaper Guild", syndicat américain qui s'est procuré le document et conteste la légalité de son utilisation dans le cadre du plan social. Du côté du magazine, on estime que "l'interprétation de la Newspaper Guild est mauvaise et qu'elle sort une catégorie de son contexte". Selon le parole de Sports Illustrated, Scott Novak, le tableau "prend en compte toutes les considérations naturelles pour un média digital".

Time classement2

Capture du tableau interne de notation des journalistes à SI.com, reproduit par Gawker.com. Le seul journaliste qui obtient la note maximale en "relation avec les annonceurs" (Colonne J, 10 sur 10)... est aussi celui qui écrit le plus mal (Colonne D, 6 sur 10).

Le même groupe de presse, Time Inc., après avoir licencié près de 500 personnes cette année, a créé une nouvelle équipe de 8 personnes dédiée au native advertising (forme de publicité "déguisée" en contenu, rédigée directement par la rédaction). Tout ça sous l'impulsion de son PDG Joe Ripp, qui estime que les journalistes "sont très contents d'avoir des comptes à rendre au service commercial". On vous laisse lui mettre une note sur 10 en journalisme.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Pub : les mille ruses

nouveau media

Pour la rentrée, on a débusqué les pubs Instagram des chroniqueurs de Hanouna

Commerce d'influence décomplexé

chronique publié(e) le 06/09/2017 par Capucine Truong

Pour la rentrée, @si s'est posté devant Touche pas à mon poste (TPMP). Et s'est aussi créé un compte Instagram. Il y a un rapport : sur le réseau social de photographies, certains chroniqueurs de TPMP monnayent des "posts sponsorisés", dans lesquels ils se mettent en scène avec les produits ...

Vignette Obs pub

Publi-rédac : comment les marques se font discrètes (Obs)

lu publié(e) le 04/07/2017 par Juliette Gramaglia

Publi-rédactionnel, "native advertising", contenu de marque... L'Obs revient ce 2 juillet sur "l'irrésistible ascension du contenu publicitaire" dans les médias. La tendance n'a rien de nouveau : comme nous l'avons déjà largement évoqué, le "native advertising", cette forme de publicité qui ...

Détournement du mouvement "Black Lives Matter" : une marque retire sa pub

observatoire publié(e) le 06/04/2017 par Juliette Gramaglia

Banaliser la lutte contre les violences faites aux Noirs dans une pub ne paie pas. La marque Pepsi a été obligée de retirer sa dernière publicité après une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. Les internautes ont reproché à la publicité d'avoir minimisé le combat du mouvement "...

Tous les contenus de ce dossier >