Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Webedia : un groupe média dont le red chef est Google

Par le - 16h43 - vu

On a failli passer à côté d'un grand moment dans l'histoire de la presse. Venu confirmer le rachat de Jeuxvideo.com pour la modique somme de 90 millions d'euros, Cédric Siré, le président-directeur général de Webedia (qui possède notamment AlloCiné et PureMedias) était l'invité de BFM Business le 6 juin dernier. L'occasion pour lui de définir une nouvelle forme de journalisme où "le rédacteur en chef s'appelle Google".

Webedia vise désormais l'international, en priorité les pays émergents. Dit autrement : "On ne prend pas les Américains chez eux (...), on a des capacités de pénétration tellement fortes dans des pays plus exotiques comme le Brésil, l'Afrique (sic), la Turquie où les Américains sont peu présents", a expliqué Cédric Siré, le président-directeur général du groupe, sur BFM Business, le 6 juin dernier. 

Webedia ? C'est Allociné, un site de cuisine (750g.com) et tous les sites en Pure (Medias, Charts, Shopping, etc.). Ayant pour principal actionnaire Fimalac, qui détient aussi en partie l'agence de notation Fitch, Webedia poursuit son développement avec l'acquisition de Jeuxvideo.com. Venu expliquer la stratégie du groupe, Siré ne s'est pas caché de vouloir faire du clic : "On n'a pas la prétention de faire de la grande presse. On a juste la prétention de divertir les gens", explique-t-il. "Notre ADN, c'est le divertissement, c'est pas l'information, qu'on soit bien clair. Mais il faut quand même bien raconter les histoires. Je pense qu'on a aujourd'hui la plus grosse newsroom à Paris, on a 250 - vous les appelez comme vous voulez - des journalistes ou des rédacteurs, ce sont des gens qui savent raconter des histoires".

Et comme le souligne Stéphane Soumier de BFM Business, la force du groupe réside surtout dans la mise en valeur de contenus bien référencés dans les moteurs de recherche. D'où la question qui tue : "Ils racontent des histoires ou ils écrivent en langue Google ? Ils peuvent écrire en français ou ils ont des tableaux d'écriture à ce point précis pour que les mots clés soient placés aux bons endroits si bien qu'on se demande s'ils peuvent encore exprimer leur talent ?"

Réponse de Siré : "Ils acceptent d'avoir en plus de leur rédac chef éditorial, qui est celui qui regarde si l'histoire est bien écrite, un autre rédac chef qui s'appelle Google". Une attention particulière est portée sur la forme pour que les "produits qu'on écrit soient bien merchandisés sur le web", explique Siré.

On ne sera donc pas étonné d'apprendre qu'à côté des 250 "raconteurs d'histoire", Webedia compte près de 200 personnes dédiées exclusivement à la technique.

Google, ce nouveau rédacteur en chef picto

L'occasion de lire notre enquête : "Presse web : un rédacteur en chef nommé Google"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles dans ce dossier...

Siné mensuel

Appels aux dons tous azimuts dans la presse indépendante

Terra Eco, Siné Mensuel, Le Courrier des balkans : développement, ou survie ?

chronique publié(e) le 08/10/2014 chez les éconautes

Et si le financement participatif était en passe de devenir un modèle économique d’appoint pour la presse ? Ces dernières semaines, de nombreux titres ont sollicité leurs lecteurs avec des appels aux dons ou de financement participatif via la plateforme Ulule. Les uns pour leur développement...

Elysée, Canard et Mediapart

Mediapart / redressement : L'Elysée vs Bercy ? (Le Canard)

ça reste à vérifier publié(e) le 01/10/2014 par la rédaction

L'Elysée est-il intervenu pour stopper le redressement fiscal de Mediapart ? C'est ce qu'affirme aujourd'hui Le Canard enchaîné, qui ne manque jamais une occasion d'égratigner son concurrent, en citant des propos d'un "proche" du ministre du Budget, Christian Eckert : "Nous avons eu de ...

Mediapart fisc

Mediapart / TVA : redressement de 4,2 millions

suivi publié(e) le 30/09/2014 par Anne-Sophie Jacques

4,2 millions d’euros : la note réclamée par le fisc à Mediapart dans le cadre de son redressement fiscal est salée. Révélé jeudi dernier lors de la soirée spéciale de nos confrères qui fêtaient leurs 100 000 abonnés, ce montant est repris depuis hier par de nombreux médias et ...

Tous les contenus de ce dossier >