Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

L'Alsace trappe une interview concernant son actionnaire

Par le - 17h04 - grrr !

 

Trappée. Trappée l'interview accordée par le sociologue des médias, Jean-Marie Charon, au quotidien l'Alsace. Elle était pourtant montée et mise en page (@si s'est procuré la maquette) et prévue pour la publication. Il y est question de la situation de la presse quotidienne régionale en général, de la situation de l'Alsace en particulier, mais aussi (et c'est certainement cela qui a déclenché la censure de l'entretien), de l'intérêt des banques pour les quotidiens régionaux. L'investissement des banques dans les quotidiens est selon Charon "un investissement indirect. Les banques de type régional, qui ont une activité liée à des territoires, voient dans la presse régionale un des outils d’animation de la vie économique locale. Le Crédit Mutuel s’est très engagé au travers du groupe EBRA (propriétaire de L'Alsace)".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Ce passage (pourtant ni critique ni révolutionnaire) sur le rôle des banques dans le financement de la PQR a pourtant embarrassé le rédacteur en chef du jour. Ce dernier a décidé de supprimer la publication de l'interview. La CFDT du quotidien s'est émue. "On nous a expliqué que cela pourrait déplaire à l'actionnaire (Le Crédit Mutuel, NDLR)", confie à @si un délégué syndical. Dans un tract intitulé "le devoir d'informer", la CFDT renchérit : "On n’a pas le droit de parler dans nos colonnes des difficultés et des mutations en cours dans la presse régionale, notamment en Alsace !"

Ironie de l'histoire, cette interview de Jean-Marie Charon avait été réalisée dans le cadre d'un colloque à Mulhouse sur le pluralisme de la presse suite à la concentration qui se met en place dans le PQR. Ce débat était couvert par un journaliste de l'Alsace. "Comme quoi certains aiment bien les travaux pratiques en démontrant in vivo les ravages de l'autocensure et le caractère liberticide de la concentration. Vous vous rendez compte pour une petite interview d'un obscure sociologue. Que penser de ce qui advient lorsque le sujet est important", détaille à @si, Jean-Marie Charon.

Sollicitée , la rédaction en chef de l'Alsace n'a pas donné suite.

L'occasion de relire notre enquête sur les pressions excercées par un président de conseil général sur un journal local dans le Jura.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Censure et effet Streisand

nouveau media

Investigation : "assurance vie" anti-censure à l'échelle mondiale

lu publié(e) le 24/05/2017 par la rédaction

Et si leurs enquêtes pouvaient survivre aux journalistes emprisonnés, censurés, ou assassinés ? Telle est l'ambition d'une plateforme, Freedom Voices Network, soutenue et financée par Reporters Sans Frontières (RSF), en partenariat avec l'International Consortium for Investigative Journalism (...

nouveau media

Mystère autour de la disparition d'une vidéo d'Eric Brunet sur Macron

"Macron et l'argent" : des insinuations, mais aucune preuve

enquête publié(e) le 27/04/2017 par Capucine Truong

Elle tourne depuis quelques jours sur Twitter. Une vidéo du polémiste de RMC / BFMTV Eric Brunet, titrée "Macron et l’argent" et initialement publiée sur sa chaine Youtube, "Brunet à la maison", a disparu après trois jours, le 22 avril, sans explication. Un internaute se faisant appeler "...

nouveau media

Dupont-Aignan censuré au Figaro : les journalistes démentent

Nous avons compté les articles

chronique publié(e) le 21/04/2017 par la rédaction Article temporairement gratuit

Le Figaro boycotte-t-il Nicolas Dupont-Aignan ? C'est ce que le candidat affirmait sur le plateau de 15 minutes pour convaincre (France 2) : Serge Dassault, le président du groupe Figaro lui aurait intimé de se retirer en faveur de François Fillon, sous peine de continuer à subir une "censure...

Tous les contenus de ce dossier >