Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

L'Express : grève des signatures sur le site

Par le - 19h19 - lu

"A quoi bon signer puisque tout rédacteur est appelé à être interchangeable, à écrire aussi bien sur la Syrie que sur le PSG?" Les journalistes de L'Express et de l'Express.fr protestent contre une réorganisation de la rédaction et entament une "grève des signatures" jusqu’au 9 octobre, a annoncé la SDJ (Société des Journalistes) au site 20minutes. Le plan qui doit entrer en vigueur le 21 octobre prévoit une répartition des journalistes entre "40 % de desk, consistant essentiellement en traitement des dépêches" et "60% seulement consacrés à un réel travail journalistique" dénonce la SDJ.

"Cette réorganisation se fait malgré l’opposition unanime de la rédaction du site, des syndicats et de la SDJ à l’origine d’une motion sur le sujet votée à l’unanimité", détaille la SDJ dans son communiqué."Elle aura surtout des répercussions immédiates sur la qualité du site et bouleversera à court ou moyen terme le métier de journaliste à L’Express."
Express

Joint par @si, Eric Mettout, directeur-adjoint de la rédaction de l'Express, en charge du numérique, estime que la rédaction de l'Express.fr a besoin de cette réorganisation pour être "plus efficace" car le site souffre d'un "problème de continuité dans son alimentation, des périodes où beaucoup de choses sont publiées et d'autres moments rien". "Le travail de desk, les journalistes le font déjà, mais avec le nouveau système, ils en feront moins", assure-t-il. Jusque-là, sur une journée de travail, un journaliste du web était à la fois sur du desk (travail de réécriture de dépêches, alertes sur les mobiles), et du travail appelé "Rebonds" (approfondissement d'un sujet, diaporama, google map...). Avec la réorganisation, il s'agit de "segmenter" : 3 semaines de desk, 5 semaines de "rebonds". Il assure qu'aucun journaliste du journal papier  ne sera concerné par cette réorganisation.

Mais la SDJ, contactée par @si, pointe plusieurs problèmes : "jusque-là, les journalistes du web étaient spécialisés. Avec ce nouveau système, c'est la personne de permanence qui traite d'un sujet, pas le journaliste spécialisé, au risque de perdre en qualité". "Avec le nouveau système on devient généraliste par défaut, et de temps en temps spécialiste". Autre changement : des horaires de desk décalés, pour suivre les pics d'audience, plus tôt le matin (de 7h à 15h, et de 14h à 22h), "ce qui a pour conséquence un impact sur la vie personnelle des rédacteurs".

Selon la SDJ, ce plan concernerait aussi les journalistes du papier. Elle cite des propos tenus par Christophe Barbier aux rédacteurs du site qui inquiètent ceux du papier : "Il se passe parfois 3 ou 4 semaines sans impératif pour les journalistes (du print). Il faudra alors les chaperonner pour qu'ils traitent de l'actu chaude ou les intégrer à des groupes de 2 ou 3 personnes en "rebonds" sur le site." Les syndicats ont rendu un avis négatif sur ce plan vendredi dernier en comité d’entreprise. La direction est passée en force, menaçant les syndicats de poursuites judiciaires pour avoir fait obstruction à cette réorganisation.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Presse en ligne ch. modèle (s)

Blendle

Blendle, "iTunes de la presse" : révolution, ou déjà dépassé ?

suivi publié(e) le 05/05/2015 par Vincent Coquaz

"Un an de journalisme sans inscription, sans pub et sans appât à clic." Le site Blendle, souvent décrit comme "l’itunes de la presse" (et dont @si décrivait le modèle de vente d’articles à l’unité ici) fait le bilan après un an de fonctionnement dans son pays d’origine, les Pays-Bas...

nouveau media

Fonds Google : la presse en ligne consolide ses finances plutôt que ses contenus

enquête publié(e) le 26/03/2015 par Robin Andraca

“Solutions”, “Data 2014”, “Digital Newsmag 360”, “Digital TV” : non, ce ne sont pas des noms de séries B des années 90 mais les intitulés de quelques-uns des projets de presse financés par le fonds Google en 2014. 16,1 millions d’euros plus tard, à quoi ressemblent ces projets...

Krautreporter

Krautreporter, le site allemand qui fait payer les commentaires

lu publié(e) le 10/03/2015 par la rédaction

Zéro publicité, articles gratuits, commentaires payants. C'est le modèle économique du site d'information allemand Krautreporter, lancé en octobre 2014 après une vaste opération de crowdfunding. Un nouveau média qui se vend comme un site d'investigation loin des "idéologies politiques" et ...

Tous les contenus de ce dossier >