Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Plantu, et le basculement du Monde

Par le - 09h15 - le neuf-quinze

 Que Plantu n'aime pas les islamistes, on l'avait remarqué depuis longtemps. Qu'il n'aime pas spécialement les syndicalistes, on l'avait remarqué aussi.

En un dessin, voici qu'il fait la jonction entre ses deux épouvantails préférés picto

L'islamiste comme le syndicaliste, tous deux oppresseurs de la femme. La femme, dont les deux modes d'émancipation, si l'on comprend bien, sont la scolarisation, et le travail du dimanche comme caissière à Leroy-Merlin. D'une oppression l'autre, la ligne est tracée. Encore le dessinateur n'est-il pas allé au bout de sa logique. Son cégétiste aurait pu être AUSSI musulman.

plantu travail dimanche 

   

 plantu capitaliste cigare

 

C'est la loi de la caricature, objectera-t-on. Le caricaturiste caricature, c'est son sacerdoce. Prof à cartable, lycéen à baskets sans lacets, Corse à bombe, capitaliste à cigare : c'est la loi de la caricature. Tiens, des capitalistes à cigare, justement.

 picto Des capitalistes à cigare comme par exemple celui-ci, dessiné en 1999, et retrouvé en quelques clics au hasard d'une recherche

Ô Monde englouti, où les capitalistes paternalistes fumaient le cigare, où les pauvres n'étaient vêtus que de leur dignité.

Depuis combien de temps n'en a-t-on pas vu, sous le pinceau de Plantu, des capitalistes à cigare ? 

   

 Dans le basculement de la vision du monde de Plantu, seuls les Roms ont gardé le statut de victimes, et échappé à leur transformation en pickpockets et en maffieux. On peine encore à voir par quel miracle ils ont échappé au grand renversement.

Dessin de la semaine dernière picto

N'empêche. Comment un dessinateur, dans sa représentation mentale, passe-t-il de la dénonciation du patron à cigare, à celle du syndicaliste hargneux ? En combien de temps ? En combien d'étapes ? En combien de rencontres ? En combien de rachats du journal par des capitalistes à cigare ? En combien de dessins à L'Express islamophobe de Barbier, en combien de chèques du Qatar ?

Plantu roms 

   

 

 

 


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Humoristes : les pieds dans le débat

Belattar ingérable

Yassine Belattar, funambule sur une ville en feu

chronique publié(e) le 23/09/2016 chez les matinautes Article temporairement gratuit

A rester englués chaque soir et chaque matin dans la sombre forêt gauloise de la présidentielle, on pourrait craindre de ne plus jamais parvenir à se désengluer. De ne plus jamais arriver à retrouver l'air libre, et le goût d'en rire, des clichés communautaires qui nous étouffent. Ou pas ...

Vanhoenacker casserole

Sarkozy sur France 2 : la dictature du format

chronique publié(e) le 16/09/2016 chez les matinautes

Un rêve fou planait sur le plateau de "L'émission politique". Le rêve de voir débarquer Elise Lucet, avec son imper et ses chemises pleines de factures Bygmalion, pour les fourrer sous le nez de Nicolas Sarkozy. Après tout, elle devait bien connaître l'adresse du tournage. Elle doit bien avoir...

Field/Sarkozy/Envoyé Spécial : Vanhoenacker l'équilibriste

vu publié(e) le 08/09/2016 par la rédaction

Critiquer le service public sur le service public, mode d'emploi. Lors de sa chronique quotidienne sur France Inter, l'humoriste Charline Vanhoenacker est revenue sur le bras de fer révélé par @si entre Michel Field, directeur de l'information de France 2, et Envoyé Spécial, à propos d'un ...

Tous les contenus de ce dossier >