Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Russie / gays : le petit journal s'emmêle dans les manifs

Par le - 16h45 - vu

C'est l'histoire d'un récit qui ne colle pas avec les images. Mardi 3 septembre, Le Petit journal de Canal+ a diffusé l'interview d'un jeune gay victime d'une agression homophobe de la part d'un groupe de parachutistes russes à Saint-Pétersbourg. Sauf que son récit ne colle pas aux images de l'agression diffusées par Canal+. @si en a retrouvé d'autres, un peu moins spectaculaires.

"On avait organisé une gay pride et on a été attaqués. Ils nous ont jeté des cailloux, des œufs et puis les CRS nous ont embarqués dans un bus à grands coups de matraque". C'est en ces termes que Kirill Kalugin, un militant pour le droit des homosexuels, a raconté au micro du Petit journal l'une de ses agressions survenues à Saint-Pétersbourg. "Il y a des vidéos sur internet", annonce dans son lancement, le journaliste de Canal+ qui interroge Kalugin. Sur les images, on aperçoit le militant pris à partie par des membres de l'armée russe (des parachutistes reconnaissables par leur béret bleu et leur marinière). Les insultes fusent, le militant est encerclé. Et il est finalement emmené par la police.

Des images commentées par la victime sur Canal+ picto

Ces images ne vous disent rien ? Liberation.fr les avait déjà diffusées le 9 août dans un article intitulé "A Saint-Pétersbourg, un militant gay victime des paras". Depuis le vote d'une loi punissant la "propagande des relations sexuelles non traditionnelles", autrement-dit homosexuelles, plusieurs manifestations ont eu lieu en Russie. Postée sur Youtube et sur le Facebook russe, la vidéo de Kalugin a été vue plus d'un million de fois.

Mais le récit fait par Libération est différent de celui du Petit journal. Ces images n'ont pas été tournées lors d'une gay pride et les policiers russes n'ont pas embarqué Kalugin. D'après Libé, le jeune militant "manifestait (seul) contre la répression antigay en Russie" le 2 août, "jour, en Russie, de la traditionnelle fête du corps d'armée des paras («VDV» en russe), qui célèbrent le premier saut, le 2 août 1930, des troupes aéroportées russes. Chaque 2 août, les paras, en maillot rayé bleu et blanc, plus ou moins imbibés, paradent et festoient dans les villes du pays". En se présentant seul devant eux avec des photographes, Kalugin était donc dans la provocation. Ce qui ne justifie pas ce qui suit, mais change le contexte dans lequel ces images ont été tournées.

Sur la vidéo complète de plus de trois minutes, Kalugin est bien encerclé et essuie des insultes. Mais si les policiers interviennent, c'est pour l'extirper du groupe et pas pour l'embarquer "à coups de matraque" comme il le dit à Canal+.

A la fin de cette vidéo, pendant que Kalugin est mis à l'abri par des policiers, on aperçoit les CRS Russes (les "Omon") embarquant aussi des paras russes. Ces derniers ne se contentent pas de propos homophobes : "Et si vous enfermiez toute cette vermine noire (caucasiens) en Russie, et pas des vrais humains normaux comme nous, vous comprenez ? De toute façon, Poutine aussi n'est qu'un pédé, et tout le reste n'est que de la merde. Ils ont mis le pays entier à genoux, eux les Noirs ils ont tout. Et nous, nous sommes russes et nous ne savons pas où nous travaillons" lance un parachutiste à un CRS.

picto La vidéo complète dont proviennent les extraits de Canal+

Comment expliquer le décalage entre le récit de Kirill Kalugin au Petit journal et la scène mise en ligne sur Youtube et dont Canal+ a diffusé des extraits ? En réalité, au micro de Canal+, Kalugin évoque un autre incident. La vidéo date du 2 août, son récit fait référence à des heurts le 29 juin entre des militants gays et des homophobes.

Une dépêche de l'agence de presse suisse ATS raconte que ce jour-là, une "centaine de militants gay se sont réunis dans le Champ de Mars dans le centre de l'ancienne capitale impériale en scandant "l'homophobie est la honte de Saint-Pétersbourg" ou "à bas le fascisme". A ce moment, les anti-gay, au nombre de 150, ont commencé à jeter sur eux des bouteilles, des pierres et des boîtes de conserve. Plusieurs dizaines de pro-gay et huit anti-gay ont été interpellés, a indiqué la police". C'est ce récit que fait Kalugin au micro de Canal+. Des images de ces heurts du 29 juin existent. Euronews les a notamment diffusées. Mais elles sont moins spectaculaires...

et on n'y aperçoit pas Kirill Kalugin picto

Canal+ a donc préféré diffuser les images du 2 août, sans s'embarrasser de la chronologie ni de la cohérence entre ces images et le témoignage du militant.

Merci à Stéphanie Acquette et Vladimir Donn pour la traduction russe.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Barthès : rigolade, coulisses et bidonnages

Barthès Myard

Le nouveau monde planche chez Barthès

chronique publié(e) le 20/06/2017 chez les matinautes

Yann Barthès les appelle Fiona, Gabriel et Pierre. Le nouveau monde a déboulé en trio sur le plateau de Quotidien. En trio, comme la brochette habituelle de journalistes maison. Mêmes bouilles sympas et nourries au bio, mêmes âges : ils ont de bonnes têtes de gentils khmers roses, les futurs ...

nouveau media

Cazeneuve "assassin" ? Controverse entre Mélenchon et Quotidien

observatoire publié(e) le 01/06/2017 par Capucine Truong

Un, deux, trois, duel. Suite à une séquence diffusée mardi 30 mai dans Quotidien sur une conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon, le conseiller numérique du candidat de la France Insoumise, Antoine Léaument, accuse l'émission de TMC de montage abusif et de manipulation. Quotidien lui a ...

Quotidien

Barthès condescendant envers les artisans ?

buzz publié(e) le 18/12/2016 par Anne-Sophie Jacques

Yann Barthès / Cyril Hanouna, même combat ? C’est la question posée par un internaute courroucé après la diffusion d’une chronique sport – en l’occurrence Mardi Transpi – dans l’émission animée par Yann Barthès sur TMC le 6 décembre dernier. Présentée par le journaliste ...

Tous les contenus de ce dossier >