La dure vie des journalistes politiques "embedded". Respecter le "off", masquer les mauvaises manières, résister (ou non) à la séduction, aux mises en scène, aux intimidations, etc...

Publié le 10/03/2008  Alimenté le 03/11/2016
nouveau media
observatoire du par

L'éblouissement africain du journaliste Nicolas Domenach, invité personnel de Valls

"Il marchait comme un chef, se tenait droit comme un chef, parlait comme un chef"

Manuel Valls et sa stature élyséenne, sa "vision", son "autorité" et sa "détermination" digne d'un chef … Au retour d’une tournée africaine du Premier ministre, le journaliste Nicolas Domenach s’est fendu, dans Challenges, d’un article particulièrement flatteur à l’égard de Valls. Journalisme de connivence? Lundi, l’émission Quotidien révélait, que Domenach avait participé à ce déplacement officiel aux frais de l’Etat, comme invité personnel du premier ministre. Domenach, assume.

"Un Premier ministre présidentiable"… C’est le portrait flatteur de Manuel Valls que dresse le journaliste Nicolas Domenach dans les pages de Challenges. Dans un article consacré à la visite officielle du Premier ministre en Afrique, l’éditorialiste qui a fait partie du voyage, ne mâche pas ses mots: "«Papa Valls l'Africain» marchait comme un chef, se tenait droit comme un chef, parlait comme un chef. Parlait France devant les forces armées comme dans les visites aux chefs d'Etat du Togo, du Ghana, puis de la Côte d'Ivoire. La démonstration cinglait comme les drapeaux tricolores qui claquaient au vent en lui faisant escorte."

/media/article/s93/id9253/original.94140.zoom.jpg

Nulle ironie de la part du journaliste. Car, oui Domenach l’a vu de ses yeux : en Afrique, le Premier ministre a su montrer qu’il avait l’étoffe d’un président. "Il [Valls] semblait avoir gagné en centimètres et en hauteur." Et le journaliste de souligner "la sérénité grave et surprenante" de Valls, sa "densité de propos et d'approche", sa "vision planétaire à hauteur élyséenne". Pour Domenach, pas de doute: "il y avait là une démonstration de présidentialité à l'adresse des médias sans doute et très directement en direction du Président qui l'est trop peu."

Une démonstration qui, si l’on en croit l’éditorialiste, a laissé tout le monde ébahi. Les proches du Premier ministre ? "Emerveillés", écrit-il. Les élus de tous bords qui étaient du voyage? "Impressionnés par ce Valls dressé sur sa volonté d’incarnation de la France qui en manque tant...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

zébus brahmane

Domenach, Askolovitch, Chirac et moi

chronique publié(e) le 03/11/2016 chez les matinautes

"La pire merde de ma carrière" : au moins, Claude Askolovitch ne fait pas les titres à moitié. Huit ans. Huit ans, c'est le temps qu'il lui aura fallu pour relire, avec une douleur que je peux imaginer, son reportage embedded de 2008 dépeignant Sarkozy en maître du monde, lors d'un G20 à ...

Phobie administrative

Une nouvelle pathologie, l'hypersarkomanie

chronique publié(e) le 22/09/2014 chez les matinautes

Thomas Thévenoud restera peut-être dans l'histoire comme le patient zéro (et le découvreur) d'une nouvelle maladie : la phobie administrative. C'est Le Monde qui avance l'hypothèse, dans son magazine hebdomadaire, et dans un des articles les plus partagés du week-end, sur le site du quotidien...

dollars

"Et là, je me bourrerai" : réflexions sur une confidence

le neuf-quinze publié(e) le 16/03/2012 par Daniel Schneidermann

"Et là je me bourrerai". C'est Sarkozy qui parle. La conversation est relatée par l'ancien directeur du Monde, Eric Fottorino, qui vient de rédiger ses mémoires de directeur, sous le titre "Mon tour du Monde" (Gallimard). Sud-Ouest en publie les bonnes feuilles. Fottorino raconte donc un ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Domenach, Askolovitch, Chirac et moi

Réponse à la réponse de monsieur Askolovitch (merci de faire passer à l'intéressé) : A propos de l'affaire Siné, dont vous...

Par Frédéri POCHARD
le 03/11/2016

"Sarkozy est très lisible, c'est une espèce de grand enfant"

Que d'hypocrisie actuellement .Bien évidemment l'on savait qui était Nicolas Sarkozy.Effectivement François Bayrou avait ...

Par Austin
le 07/03/2008

"Sarkozy est très lisible, c'est une espèce de grand enfant"

Peut être est-ce faux mais j'ai l'impression que beaucoup des invités de ces derniers temps viennent tous plus ou moins de la...

Par Emmanuel Ch
le 07/03/2008
Tous les forums >