Qui sont les casseurs des manifs ? Comment sontt médiatisées (ou non) les violences policières ? Témoignages, enquête, émissions.

Publié le 27/10/2010  Alimenté le 12/10/2017
nouveau media
suivi du par

Violences policières : la conférence de presse mouvementée du préfet de Bretagne

Les journalistes bretons saisissent le défenseur des droits

"Le sang-froid a déserté les rangs des forces de l'ordre". Lors d'une conférence de presse tenue le 2 juin et diffusée en direct sur Periscope, le préfet de Bretagne Christophe Mirmand a dû faire face à des journalistes particulièrement remontés. En cause : les violences et intimidations policières dont ont été victimes certains reporters en marge de manifestations contre la loi travail. Le club de la presse de Bretagne a annoncé qu'il allait saisir le Défenseur des droits.

"Merci d'être venus pour faire le point sur les manifestations qui se sont déroulées aujourd'hui". Micros sagement alignés, reporters attentifs : la conférence de presse commençait pourtant bien pour le préfet de la région Bretagne Christophe Mirmand, venu faire le bilan de la manifestation rennaise et "rendre hommage [aux forces de l'ordre] qui effectuent leur travail dans des conditions difficiles".

Trente minutes plus tard, l'ambiance a changé. Journalistes matraqués, manifestants "chargés" par un véhicule de police, policiers non identifiables car sans matricule, photographes "invités" à supprimer leurs photos ou caméras détournées violemment : poliment mais avec pugnacité, les journalistes rennais ont fait le tour des sujets qui fâchent. Avec, en première ligne, le fondateur de Taranis News Gaspard Glanz (invité il y a peu de notre émission sur les violences en manifestations), qui retransmettait les échanges en direct sur Periscope - la vidéo est visionnable en intégralité ici.

"Ils sont en face de vous, monsieur"

Premier sujet soulevé par l'auditoire : les coups de matraque. "Les images que j'ai pu voir ne donnent pas le sentiment qu'il y a eu usage de matraques contre les journalistes..." débute le préfet. Raclement de gorge dans la salle. "Ils sont en face de vous, monsieur, les journalistes frappés !", lance Glanz. Plus tôt dans l'après-midi, France 3 avait diffusé la vidéo de l'un de ses caméramen ayant reçu un coup de matraque. Face au préfet, Glanz est...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

L'infiltration policière, des autonomes aux antifas

Comment j'ai connu "Y", bien avant le Quai de Valmy

chronique publié(e) le 10/10/2017 chez Georges

"142" pourrait être une ligne de bus ; ou une martingale pour décrocher le gros lot ; ou, encore, une énigme mathématique qu’il convient de résoudre en trouvant les nombres qui suivent. Rien de tout cela : "142" n’est que le nom de code d’un agent de la Direction du Renseignement de la ...

Manif travail : black blocs contre Gaspard Glanz

suivi publié(e) le 22/09/2017 par Juliette Gramaglia

Altercation entre membres des "black bloc" et le vidéaste et photographe Gaspard Glanz. Le fondateur de l'agence Taranis News, qui couvrait la manifestation contre la réforme du code du travail, jeudi 21 septembre, a été violemment pris à parti par plusieurs manifestants au visage masqué. L'...

Libé Désintox Rennes

Manifestation à Rennes : Libé désintoxe une tribune de Libé

(et vice-versa)

observatoire publié(e) le 21/06/2017 par Juliette Gramaglia

Bataille d'images sur une manif de Rennes. Une tribune parue dans Libération lundi 19 juin dénonce le procès pour "violence aggravée" qui s'ouvre ce 21 juin contre sept Rennais. Ils sont accusés d'avoir agressé deux policiers le 27 avril dernier lors d'une manifestation, poussant l'un d'eux à...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Théo : "La matraque télescopique, beaucoup de collègues l'ont demandée"

Je suis surpris de la surprise de Daniel Schneidermann quant à la pratique régulière de l'humiliation sexuelle lors des ...

Par TimoFox
le 18/02/2017

L'enfant, les casseurs et l'hôpital

Un point de vue sur lundi matin me paraît élever un peu la sale polémique là-dessus. Cortège séparé en trois ? Peu importe...

Par flog_the_frog
le 15/06/2016

"Un journaliste peut dire : «Je ne sais pas»."

J'interviens peu mais ça me saoule de voir beaucoup de rabats-joies après chaque émission hormis celles d'exceptions comme ...

Par benamad
le 22/10/2010
Tous les forums >