Alors que se déroulent les législatives, Anne-Sophie Jacques est allée observer la Grèce loin des invectives et des projecteurs, dans les familles, aux terrasses de cafés.

Publié le 18/06/2012  Alimenté le 16/06/2017
Tsipras
enquête du par

Crise grecque : comment les journalistes courent le marathon

Café, vitamines, adrénaline et coups de blues

Ras-le-bol de la crise grecque. On frise l’indigestion. Aujourd’hui encore, alors que le premier ministre Alexis Tsipras se dit prêt à accepter les demandes des créanciers tout en maintenant le référendum attendu dimanche prochain et que se tient une conférence téléphonique de l'Eurogroupe qui, avait-on dit lundi, ne serait pas réuni cette semaine, on se sent largué. Epuisé. Mais comment font tous ceux, journalistes au premier plan, qui suivent le marathon ? A quoi tournent-ils ?

"Vous voulez savoir si je prends de la cocaïne c’est ça ?" Renaud Honoré rigole à ma question : comment faites-vous pour tenir ? Ce journaliste des Echos vit à Bruxelles et couvre l’actualité des institutions européennes. Fatalement il se fade les négociations entre la Grèce et ses partenaires qui viennent d’entrer dans un moment critique. Si tout semble figé – "une ambiance de fin du monde" selon Honoré – la partie est loin d’être terminée. Le référendum annoncé par le premier ministre grec Alexis Tsipras n’est qu’un coup de plus dans la partie d’échecs qui se joue depuis son arrivée en janvier et – rappelons-le – entamée il y a cinq ans maintenant.

Une partie usante. A suivre les négociations, même de loin, entre Eurogroupe de la dernière chance (onze réunions des ministres des finances en cinq mois, un record), semaines de tous les dangers qui se suivent et se ressemblent, propositions retoquées (quand les copies ne sont pas biffées en rouge) et déclarations tonitruantes, le tout emballé par la presse qui accentue la pression, on se sent saisi d’une immense lassitude. Mais comment font tous les acteurs qui suivent ces négociations pour ne pas craquer ? Comment font les journalistes pour continuer à suivre des réunions qui finissent à pas d’heure et tenter de mettre en forme les éléments de tractations attrapés dans les couloirs ? Comment font-ils pour ne pas devenir chèvres ?

"si on s'en tient au point de vue franco-allemand, on reste hors de la réalité européenne"

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Grèce Mediapart Le Monde

Crise grecque : un accord, deux interprétations

Le Monde soulagé, Mediapart dégoûté

suivi publié(e) le 16/06/2017 par Anne-Sophie Jacques

Faut-il se réjouir de l’accord sur la Grèce trouvé à l’issue du sommet de l’Eurogroupe tenu ce jeudi 15 juin à Luxembourg ? Oui, à en croire Le Monde et la majorité des médias qui jugent la réunion positive. Non selon Mediapart qui, à l’inverse, estime que les Grecs sont une fois ...

Libération

Grèce : grand ménage dans les télés nationales privées

suivi publié(e) le 09/08/2016 par Anne-Sophie Jacques

Après avoir rouvert dès son élection en 2015 la chaîne publique ERT, brutalement interdite d'émission en 2013, le gouvernement grec entreprend de faire le ménage dans les chaînes de télé nationales privées. Comme le raconte Libération dans un article publié le 7 août, le gouvernement, ...

Medias grecs

Grèce/référendum : les chaînes de télés pour le oui

suivi publié(e) le 07/07/2015 par Anne-Sophie Jacques

Les chaînes grecques déchaînées contre le non pendant le référendum ? Alors que le procureur d'Athènes vient d’ouvrir une enquête pour la couverture de la campagne par les médias privés, jugée non conforme à la loi, quelques articles de la presse française ont souligné la propagande ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Comment la télé grecque émet encore, derrière l'écran noir

Vous vivez sur quelle planète? Apparemment, c'est la même que Libé. L'herbe doit y être drôlement verte et bien chargée en ...

Par Hurluberlu
le 13/06/2013

Grèce : les attristés

Le plus ahurissant, c'est qu'on peut être certain que si une fermeture de chaînes publiques étaient décidée, pour raisons ...

Par Djac Baweur
le 13/06/2013

Grèce : les attristés

QUATREMER, et un océan de conneries

Par Bernard-Henri Beau-Tul
le 13/06/2013
Tous les forums >