La tuerie du 7 janvier 2015, la prise d'otages du lendemain, leurs antécédents, et leurs suites, au jour le jour

Publié le 07/01/2015  Alimenté le 12/08/2016
observatoire du par

Charlie Hebdo : larmes (et première polémique) sur les plateaux

Rioufol "somme" les musulmans de se désolidariser de l'attaque

Emotion et polémiques : des collègues (ou anciens collègues) des victimes de l'attaque de Charlie Hebdo ont été invités à la radio ou à la télévision depuis la tuerie. Tant Philippe Val, directeur de la publication de Charlie de 1992 à 2009, que Patrick Pelloux, médecin urgentiste chroniqueur dans le journal, n'ont pu contenir leur émotion. Dans le même temps, d'autres larmes auraient pu être évitées : face à l'éditorialiste du Figaro Ivan Rioufol, qui "somme" les musulmans de se désolidariser de l'attentat, la militante anti-raciste Rokhaya Diallo a fini en pleurs.

"J'ai perdu tous mes amis". Au micro de France Inter, dont il est l'ancien directeur, Philippe Val, a exprimé sa très vive émotion. "On peut pas laisser ça, on doit faire front, on doit rester très très solidaires (...) C'était pas des gens méchants, c'était des gens qui voulaient juste qu'on vive heureux, qui voulaient que l'humour ait sa place dans nos vies. C'est tout, c'est que ça ! Et c'est ça qui a été assassiné", a déclaré celui qui a dirigé Charlie Hebdo pendant presque vingt ans.

Même émotion sur le plateau de "C à Vous", où Val souhaitait que dans les prochains jours, tous les journaux s'appellent Charlie Hebdo, avant que sa voix ne s'étrangle.

"Jean-Luc le graphiste m'a appelé en me disant «viens vite, on a besoin de toi»"

Plus dur encore, le témoignage de Patrick Pelloux, médecin urgentiste et collaborateur régulier du journal en deuil. Proche du lieu de la tuerie, Pelloux a été l'une des premières personnes sur les lieux du drame. "A 11h30, Jean-Luc le graphiste m'a appelé en me disant «viens vite, on a besoin de toi». Je pensais qu'il plaisantait. Je suis arrivé sur place en premier", explique-t-il, ravagé sur le plateau de iTélé. "J'ai perdu les miens. Excusez-moi..."

La chroniqueuse de France Inter, Sophia Aram, a elle choisi de se "souvenir", pour rendre hommage aux morts de l'attaque (parmi lesquels figurent deux policiers)... et a eu le plus grand mal à finir sa chronique.

Rioufol "somme" les musulmans de se désolidariser

Autres larmes, plus...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Charlie Hebdo, menacé sur Facebook, porte plainte

suivi publié(e) le 12/08/2016 par la rédaction

Des insultes et des menaces. Charlie Hebdo a déposé plainte contre X pour de nouvelles menaces de mort postées sur la page Facebook du journal, rapporte aujourd’hui Le Parisien : "Une enquête, confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police ...

nouveau media

Quand Luz trouvait " un peu confus" un dessin de Riss

@rrêt sur images publié(e) le 14/01/2016 par la rédaction

Depuis hier, un dessin de Riss publié dans le dernier numéro de Charlie Hebdo suscite la polémique sur les réseaux sociaux (et a poussé notre matinaute à écrire une lettre au dessinateur) . Ce n'est pas la première fois et parfois, même les dessinateurs de Charlie Hebdo semblent se montrer ...

Riss Aylan

Lettre à Riss, aux bons soins d'Internet

chronique publié(e) le 14/01/2016 chez les matinautes

Hé, Riss ! Je peux te parler, deux minutes ? On ne se connait pas, je n'ai pas ton 06, et même pas celui de tes chargés de com', mais je suis Charlie, alors je me permets de te tutoyer, et de t'envoyer une lettre aux bons soins d'Internet. Hier après-midi, les rézosociaux, comme on dit, ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Polémiques sur Charlie dans la presse anglo-saxonne

Je ne comprends pas les comparaisons faites par les journalistes interrogés dans l'article. Non, l'équivalent d'une ...

Par David T
le 09/01/2015

"Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous."

Comme d'habitude un petite dose de relativisme mollasson applaudie des deux main par tous les tiédasses que les dessins de ...

Par Renaud Pacalet
le 09/01/2015

"Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous."

Moi aussi cet unanimisme me met mal à l'aise. Bien sûr qu'il faut rendre hommage aux mecs de Charlie, bien sûr qu'ils nous ...

Par Swank
le 08/01/2015
Tous les forums >