Dégringolade des ventes, désertion de la pub, flottements de l'identité politique : le quotidien emblématique des années 70, fondé par Jean-Paul Sartre, et passé par d'innombrables mutations, incarne à lui seul la crise de la presse écrite nationale quotidienne.

Publié le 08/02/2014  Alimenté le 31/01/2015
Une de la Taz du 12 février 2014 sur l'autorisation par l'UE du maïs OGM 1507
enquête du 12/02/2014 par la rédaction

Le Libé allemand va plutôt bien, merci

Comment la Tageszeitung a fait de la coopérative un modèle du 21e siècle

Alors que Libération chancelle, et peine à définir un nouveau projet éditorial, il est intéressant de jeter un œil outre-Rhin pour voir ce qu'est devenu le journal qui s'est toujours défini comme son petit frère. Depuis 35 ans, la Tageszeitung, la taz pour les intimes, s'échine à inventer un autre mode de financement pour les journaux quotidiens. Son principal atout: une coopérative riche de 13 421 sociétaires, propriétaires de ce journal proche des Verts allemands.

Et le Libé allemand ? Il ne va pas trop mal, merci. "La Tageszetung (taz) reste un journal où on s'engueule en interne et en public", estime Valérie Robert, directrice du master de journalisme franco-allemand de la Sorbonne Nouvelle. "Elle s'est créé en 1979, dans le bouillonement de la gauche allemande alternative de laquelle ont émergé les Vert, avec le Libé des années 1970 comme modèle. Mais contraiement au journal français, elle ne s'est pas vu véritablement reprocher une trahison par ses cercles politiques fondateurs. Elle a suivi jusqu'à aujourd'hui les débats autour du parti des Verts." C'est cet héritage revendicatif mâtiné d'écologie et de féminisme qui marque toujours le quotidien 35 ans après sa création et explique quelques belles anecdotes, parfois à la marge du journalisme qui rythment son histoire. L'un de ces plus récents coups d'éclat est probablement la pression que le journal a initié pour transformer le nom de la portion de rue où est situé le siège de la rédaction à Berlin en Rudi-Dutschke Strasse, du nom du célèbre militant d'extrême-gauche dans les années 1960. Cette campagne, qui a abouti en 2008, était autant un geste politique qu'un pied de nez à son meilleur ennemi, la rédaction du tabloïd à scandale du magnat des médias Axel Springer, Bild, dont le siège se trouve une centaine de mètres plus loin. De manière plus discrète mais tout aussi symbolique, le quotidien a proposé pour le mois de février 2014 un abonnement spécial JO de Sotchi à 20...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Contre Internet

Internet nuit-il à la liberté d'expression ? (Maggiori / Libé)

lu publié(e) le 31/01/2015 par la rédaction

Internet, un outil qui appauvrit la liberté d'expression ? La question peut paraître saugrenue, mais elle est posée par un journaliste de Libération, Robert Maggiori (qui signe depuis près de trente ans dans le quotidien). Déplorant l'appauvrissement du langage d'une manière générale, ...

Ledoux trone Napoléon. Le Figaro.

Bergé, Ledoux, et quelques caprices sans importance

chronique publié(e) le 11/12/2014 chez les matinautes

Il a, comme on dit, réussi sa vie. Sur ses vieux jours, avec deux amis, il s'est acheté un journal. Et pas n'importe lequel : Le Monde. Il en préside le conseil de surveillance. Mais s'il surveille en effet, il ne contrôle pas grand chose. Et notamment pas les pages culturelles, lui qui aime ...

nouveau media

Départs Libé : le n° 2 critique une enquête de Télérama

suivi publié(e) le 28/11/2014 par Robin Andraca

L'heure des grands départs a sonné. Alors que la clôture du plan social de Libération a lieu aujourd'hui, deux journalistes de Télérama se sont baladés dans les couloirs (désertés) du quotidien. C'est une ambiance très morose que décrivent Emmanuelle Anizon et Richard Sénéjoux, alors...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Les salariés sous le choc du plan massif de suppressions d'emplois à Libé

Ben franchement, j'ai travaillé dans deux groupes de médias (parisiens) et j'ai l'impression que les journalistes sont un peu...

Par Sylvain
le 16/09/2014

Pierre Marcelle (encore) censuré à Libération

Nous pouvons aujourd'hui nous réjouir de cette courageuse et pertinente décision des responsables de ce journal, journal trop...

Par consensus 39
le 26/04/2014

Pas de grève lundi : Libé va continuer à évoquer la crise de Libé

"Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes." Bossuet

Par gildas miclet
le 09/02/2014
Tous les forums >